L'arbre de la vie

Moi, je me rappelle une vieille légende elfique. Elle racontait qu'un arbre aux feuilles d'or poussait au fin fond des forêts du Dolghana. Personne ne connaissait son emplacement, mais une rumeur véhiculait que l'arbre existait vraiment. Des hommes formèrent un groupe, s'équipèrent et partirent à sa recherche. Ils traversèrent maintes contrées et terres sauvages, rencontrèrent elfes, dryades et autres fées. Leur route était ardue, car la forêt elle-même semblait les empêcher d'avancer.
Ils continuèrent tout de même, s'entêtant sur leur objectif: faire fortune avec les feuilles de l'arbre. Après des mois de recherches, le désespoir et la crainte de ne rien trouver commencèrent à torturer leurs entrailles. Leurs réserves étaient presque à sec et ils avaient perdu un de leur compagnon durant la nuit. Un serpent s'était installé dans son bivouac. Sa morsure lui fut fatale. Alors qu'ils avaient tous en tête d'abandonner, ils arrivèrent à un éclairci de la forêt. Une grande lumière les aveugla. Les rayons du soleil étaient reflétés par les feuilles du majestueux arbre qui se tenait devant eux. Tous sentirent la joie les gagner. "Les légendes étaient donc vraies", dirent-t-ils. Ils coururent vers cette apparition de rêve, en laissant choir leur équipement sur place. L'arbre était d'une taille phénoménale et la forêt tout autour semblait s'agrandir pour le protéger. Il levèrent les yeux, espérant cueillir entre leurs mains les feuilles dorées de l'arbre mais s'aperçurent qu'elles étaient hors de portée. Les branches les plus basse était à environ quinze mètres du sol. Ne voulant pas baisser les bras devant un si petit obstacle, ils tentèrent de l'escalader. Peine perdue, l'écorce était lisse comme une feuille de parchemin, ce qui ne laissait aucune prise pour les mains. Ils maudirent leur absence d'esprit, ils n'avaient pas pensé à apporter leur matériel d'escalade. Varach, le chef du groupe, dit alors: "Nous allons le couper!" Il ramassa sa hache et la leva sous les éclats d'encouragement de ses compagnons. Il l'abattit... Une vive douleur le pris au plus profond de son être. L'ignorant mentalement, et fixant son esprit et ses pensées sur son seul but, il l'abattit de nouveau. Des bruits de chutes et de douleurs intenses fusèrent tout autour de lui. Sa vision était maintenant brouille et des points rouges vacillaient devant ses yeux. La douleur coulait en lui comme si son sang s'était changé en métal en fusion. Jetant un coup d'œil du côté de ses comparses, il les vit tous étendus sur le sol.Ils semblaient avoir de la difficulté à respirer, et se tordaient sur le sol. La hache tomba de ses mains, et il s'écroula.
Il revint plus tard à lui. Sa tête tournait toujours, mais il réussit tout de même à se lever en prenant appui sur l'arbre. Il eut un choc lorsqu'il aperçut que les entailles qu'il avait faites dans l'arbre étaient maintenant disparues. Prenant sa tête à deux mains et croyant frôler la folie, il se retourna pour voir ses compagnons et les trouva là, sans vie. Ils étaient tous sur le sol, tordus comme de vieilles branches de chêne. "Pourquoi ? Pourquoi ?", s'écria-t-il. Il se pencha vers son frère qui avait si ardemment insisté pour participer au voyage. L'enserra dans ses bras.
Une voix cristalline se fit alors entendre. Lâchant le corps, Varach se releva et chercha du regard sa provenance. Elle semblait venir de l'arbre lui-même. Son corps se révulsa lorsqu'il vit une partie de l'écorce prendre la forme d'un visage et s'adresser à lui. Elle avait même une silhouette familière. Il s'approcha en plissant les yeux pour mieux voir. "NON! Ce n'est pas possible!", s'écria t-il. Il s'agissait du visage de son frère. Le même frère sur qui il avait pleuré et qui était parti vers un autre monde.
- Je dois t'expliquer, Varach, pour que tu puisses nous aider à présent.
- Qui, nous?
- Tous les esprits de ceux qui ont vécu. Laisse-moi parler et tu comprendras. Ce monde à un cœur, il s'agit de cet arbre. Et les êtres vivants qui parcourent ce monde sont les produits de la vie de ce même cœur. Lorsque quelqu'un meurt son esprit rejoint ce centre, qui le diffuse partout, à travers tout le monde, dans le cœur de chacun des êtres vivants. Je fais maintenant partie de l'énergie qui alimente notre monde, cette même énergie qui te permet de vivre. Peu importe où tu seras, je serai toujours avec toi. Mais, comme tu as pu le constater, le cœur est vulnérable, et ses blessures font mal à la vie elle-même. Tu dois la protéger… Devient l'élu du cœur et protège-le...

Varach n'a jamais été revu. Tous les groupes d'aventuriers qui sont allés à sa recherche sont revenus bredouille ou ne sont tout simplement pas revenus.


Propos rapportés par Ragen le maraudeur.